Tag Archives: Haiti

Lettre ouverte au Premier ministre par intérim de la République d’Haïti suite à l’arrestation et la détention de Maître Pierre-Louis

06/08/22

Monsieur le Premier ministre,

C’est avec effroi que la Conférence Internationale des Barreaux (CIB) prend connaissance de l’arrestation de Maître Robinson Pierre-Louis qui se trouve poursuivi pour avoir pris la défense de son client dans le cadre d’un dossier pour lequel il agissait en sa qualité d’avocat.

Sa mise en cause ne repose sur aucun élément matériel, son arrestation ayant été réalisée en dehors des dispositions de la Constitution et du code D’instruction criminelle.

La Conférence Internationale des Barreaux soutient fermement la Fédération des barreaux d’Haïti dans sa protestation solennelle, par laquelle elle dénonce le caractère arbitraire et illégal de l’arrestation de Maître Robinson Pierre -Louis et sollicite sa mise en liberté immédiate.

Elle estime entièrement justifiée la résolution 2022-01 adoptée à cet égard le mardi 2 août 2022 par le Conseil d’Administration de la Fédération des Barreaux d’Haïti.

Les principes de démocratie, d’Etat de droit et de bonne gouvernance imposent le respect par les institutions haïtiennes de la constitution, des dispositions légales nationales, notamment le code d’instruction criminelle haïtien, la loi du 29 novembre 1994 relative à la Police Nationale d’Haïti et les dispositions du décret du 29 mars 1979 règlementant l’exercice de la profession d’avocat en Haïti  et des instruments internationaux, tels le Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 16 décembre 1966, ratifié par Haïti le 6 février 1991 et les Principes de base sur le rôle du Barreau adoptés à La Havane en 1990 par l’Organisation des Nations Unies.

La CIB, particulièrement préoccupée par la situation de Maître Robinson Pierre-Louis, vous invite à prendre toutes les dispositions utiles, notamment par l’intermédiaire du parquet afin qu’il soit mis fin au plus vite à cette situation insupportable, faisant siennes les exigences réclamées par la Fédération des barreaux d’Haïti, en premier ordre celle de la remise en liberté immédiate de Maître Robinson Pierre-Louis.

Compte tenu de l’émotion que suscite à travers le monde l’arrestation de Maître Robinson Pierre-Louis, la présente lettre est rendue publique.

Vous remerciant par avance de l’accueil que vous réserverez à la présente lettre, veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’assurance de notre haute considération.

Le Bâtonnier Bernard Vatier

Secrétaire Général

https://lenouvelliste.com/alaminute/22724/la-fbh-exige-la-liberation-de-me-robinson-pierre-louis

https://www.haitilibre.com/article-37253-haiti-trafic-d-armes-me-robinson-pierre-louis-au-penitencier-national.html

https://lenouvelliste.com/article/237213/le-dossier-de-me-robinson-pierre-louis-defere-au-cabinet-dinstruction

https://caribbeantelevisionnetwork.com/seizure-of-weapons-in-port-de-paix-robinson-pierre-louis-placed-under-arrest/ (ENGLISH)

(ESPANOL)

Haiti: Le Conseil de l’ordre des avocats demande la libération de Me Robinson Pierre-Louis

24/07/22

Le conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince dénonce l’arrestation et la détention, le vendredi 22 juillet 2022, de Me Robinson Pierre-Louis, secrétaire général de la Fédération des barreaux d’Haïti. Dans une note de protestation, dont une copie a été transmise à la rédaction du journal le samedi 23 juillet, le Barreau soutient que l’arrestation n’est pas conforme aux conventions, aux lois et aux règlements garantissant le libre exercice de la profession d’avocat.

« Le conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince est consterné par l’arrestation suivi de la détention au commissariat de Delmas 33 de Me Robinson Pierre-Louis aux ordres de la Direction centrale de la Police Judiciaire, sans la demande préalable au Bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince comme prévue par la loi », a déploré le conseil de l’ordre dans la note portant la signature du Bâtonnier Marie Suzy Legros.

« Le Conseil de l’ordre est extrêmement préoccupé par cette situation où les droits fondamentaux d’un avocat, de surcroît Secrétaire général du conseil de l’ordre, sont ouvertement bafoués, jetant ainsi l’opprobre sur toute la corporation », poursuit la note.

Le conseil de l’ordre qui se dit perplexe face à la célérité avec laquelle les autorités policières ont conduit une quelconque investigation jusqu’à l’arrestation de Me Robinson Pierre-Louis, exige sa libération. « Sans se prononcer, pour l’instant, sur les fondements de l’arrestation de Me Robinson Pierre Louis, le Conseil de l’ordre demande que ce dernier soit libéré sans délai », a exhorté le conseil de l’ordre.

Me Robinson Pierre-Louis, secrétaire général de la Fédération des barreaux d’Haïti, a été interpellé le vendredi 22 juillet par des agents du Bureau des affaires financières et économiques (BAFE) et garder à vue aux commissariats de Delmas 33 aux ordres de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) pour son implication présumé dans la libération de Fritz Jean Relus et Jonas Georges arrêtés pour trafic d’armes et de munitions à Port-de-Paix. 

Avant l’avocat, « l’ancien commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-de-Paix Michelet Virgile a été arrêté puis transféré à la DCPJ après avoir libéré des présumés trafiquants d’armes et de munitions qui sont liés à cette affaire », a rappelé la Police nationale d’Haiti sur sur les réseaux sociaux le samedi 23 juillet 2022.

https://lenouvelliste.com/article/237177/le-conseil-de-lordre-des-avocats-demande-la-liberation-de-me-robinson-pierre-louis

Trafic d’armes : Le Barreau de Port-au-Prince consterné par l’arrestation de Me Robinson Pierre-Louis

https://lenouvelliste.com/article/237176/trafic-darmes-a-port-de-paix-me-robinson-pierre-louis-interpelle

https://haitistandard.com/armes-et-munitions-saisies-a-port-de-paix-me-robinson-pierre-louis-sous-les-verrous/

https://haitiinfospro.com/scoop-trafic-darmes-a-port-de-paix-maitre-robinson-pierre-louis-arrete/

France: SOUTIEN À NOS CONFRÈRES HAÏTIENS – RÉSOLUTION VOTÉE À L’UNANIMITÉ LORS DU CONSEIL DE L’ORDRE DU 28 JUIN 2022

29/06/22

Le Barreau de Paris tient à exprimer son entière solidarité aux barreaux d’Haïti et à la Fédération des Barreaux d’Haïti à la suite des évènements particulièrement dramatiques qui sont survenus le 10 juin dernier avec la prise de contrôle de la plus grande juridiction du pays par des hommes lourdement armés.

Les magistrats, avocats, justiciables, policiers, qui étaient au Tribunal lors de l’attaque ont heureusement pu fuir précipitamment. Deux semaines plus tard, le tribunal reste aux mains des gangs.  Une situation terrible mais qui était annoncée depuis longtemps. En effet, la situation d’insécurité au Tribunal a été constamment dénoncée par les professions juridiques et judiciaires ainsi que par les associations de défense des droits humains. La dégradation de la sécurité était arrivée à un tel seuil de gravité, que le 11 mars 2022, le Barreau de Port-au-Prince avait adopté une résolution demandant aux avocats de ne plus se rendre dans les locaux du Tribunal de Première instance au Bicentenaire, en raison de menaces graves pour leur vie. Cette résolution appelait également à une relocalisation urgente du Tribunal. 

Le barreau de Paris réitère son plus chaleureux soutien à ses confrères haïtiens et  appelle les autorités haïtiennes à tout mettre en œuvre pour que le Tribunal soit provisoirement déplacé afin que les professionnels de justice puissent exercer leur mission dans les meilleures conditions de sécurité possibles en Haïti.

https://www.avocatparis.org/conseil-de-l-ordre/soutien-nos-confreres-haitiens-resolution-votee-lunanimite-lors-du-conseil-de

https://www.gazettehaiti.com/node/7385

https://www.alterpresse.org/spip.php?article28410

https://lefacteurhaiti.com/port-au-prince-un-avocat-kidnappe-a-sa-sortie-du-palais-national/

https://lenational.org/post_article.php?pol=2329

Lawyers in Haïti at risk

02/06/22

In May, Lawyers for Lawyers met with lawyers from Haïti, where the judicial system is disintegrated and lawyers are threatened and killed.

Gangs call the shots

In Haiti, armed gangs rule over life and death’, Jacques Letang and Pauline Lecarpentier said at the offices of the Dutch Bar Association in Amsterdam, where they met with Lawyers for Lawyers, Dutch and DetainedFoundation Epafras and the Amsterdam Bar Association (Orde van Advocaten Amsterdam) to discuss the precarious state of human rights and the rule of law in Haiti.

Jacques Letang is a Haitian lawyer and former magistrate, President of the Côteaux Bar Association (Bâtonnier de l’Ordre des avocats des Côteaux), President of the Haitian Bar Federation since 2020 and Chairman of the Human Rights Office in Haiti (le Bureau des Droits Humains en Haïti, hereafter: BDHH). In 2022, Mr Letang received the Franco-German Prize for Human Rights and the Rule of Law. Pauline Lecarpentier is a French jurist who lived in Haiti for several years and co-founded BDHH. She works as its general secretary since 2015.

The Haitian state no longer controls the territory. Armed gangs rule over various areas in the capital and frequently clash with each other. In 2018, the popular neighbourhood of La Saline in Port-au-Prince was the scene of a massacre connected to gang violence, in which dozens of civilians were killed. Since then, the vicious circle of violence and impunity has continued to grow, without any reaction from the political authorities.

[…]

(FRANCAIS)

https://www.lenational.org/post_article.php?pol=2253

https://lenouvelliste.com/article/235690/assassinat-de-monferrier-dorval-et-de-jovenel-moise-des-dossiers-sans-domicile-fixe

https://www.alterpresse.org/spip.php?article11814

Lawyers fed up with paralyzed judicial system in Haiti

09/04/22

In gang-ridden Haiti going to court has become so dangerous for lawyers that they avoid it altogether: at one lower-level tribunal no hearings or trials have been held for months.

“In February we had seven kidnappings within our ranks and one lawyer shot,” Marie Suzy Legros, president of the bar association in Port-au-Prince, told AFP.

Legros was among dozens of robed lawyers who demonstrated Friday outside the home of Prime Minister Ariel Henry to complain about crime targeting attorneys in destitute and chaotic Haiti.

Moving the Palace of Justice is one of their main demands. Few lawyers dare even to go to this court complex because it is right next to a slum dominated by Haiti’s most powerful gangs.

For years the gangs used to be based in these poorest of the poor areas, by the seaside in Port-au-Prince. But over time they grew in power and spread across the city and country, staging more and more murders and kidnappings for ransom.

So Haitian lawyers are exasperated and feel added frustration with a legal system lacking the resources to work properly.

Court attacked by gangs

Addressing the demand to move the court building, the government said it would create a sort of safety corridor manned by security forces so lawyers can actually get to court. But this idea never really got off the ground.

“Sometimes gang members go inside the court looking for accomplices or brothers, depending on what they call them, to help them escape,” Legros added.

[…]

https://www.france24.com/en/live-news/20220409-lawyers-fed-up-with-paralyzed-judicial-system-in-haiti

https://lefacteurhaiti.com/haiti-sit-in-des-avocats-du-barreau-de-port-au-prince-pour-exiger-la-delocalisation-du-palais-de-justice/ (FRANCAIS)

https://www.gazettehaiti.com/node/6615

https://image7haiti.com/les-avocats-du-barreau-de-port-au-prince-accordent-15-jours-au-gouvernement-pour-deplacer-le-palais-de-justice/

Haiti : Un avocat tué par balle

07/08/21

Me Roberson Louis, avocat au Barreau de Port-au-Prince, a été assassiné, le samedi 7 août 2021, par des individus armés, à Delmas 69.

L’appareil judiciaire haïtien est à nouveau en deuil. L’un de ses membres a été assassiné ce samedi. Il s’agit de Me Roberson Louis.

Ce dernier a été attaqué par des individus circulant à bord d’une motocyclette à sa sortie d’une banque commerciale, à Delmas 69. L’avocat a reçu plusieurs projectiles. Il a rendu l’âme sur le champ.

Joint au téléphone par la rédaction de Vant Bèf Info (VBI), le juge d’instruction Me. Ikenson Édumé a confirmé l’assassinat de son collègue.

Me. Édumé dit dénoncer cet assassinat et souhaiter souhaiter l’ouverture d’une enquête afin d’appréhender les malfrats.

https://www.infos4haiti.com/haiti-insecurite-un-grand-avocat-du-barreau-de-port-au-prince-tue-par-des-bandits-armes/

https://rezonodwes.com/2021/08/08/le-barreau-de-port-au-prince-condamne-lassassinat-de-me-roberson-louis/

https://lefacteurhaiti.com/2021/08/08/haiti-lopc-condamne-lassassinat-de-me-roberson-louis-et-denonce-le-sale-besogne-des-bandits-en-service/

Image

Haiti: Deux avocats enlevés en 24 heures, la basoche s’insurge

18/02/21

Deux avocats ont été enlevés en l’espace de 24 heures. Mes Nasha Saint-Fleur et Abbias Edumé ont été kidnappés respectivement les 16 et 17 février 2021. La basoche se dit révoltée face à ce fléau qui touche ses membres. Mes Nasha Saint-Fleur et Abbias Edumé sont respectivement avocats au barreau de Port-au-Prince et de Petit-Goâve.

L’avocate Nasha Saint-Fleur a été kidnappée dans la matinée du mardi 16 février 2021 à Babiole, quartier de Port-au-Prince. Me Saint-Fleur collabore au programme d’assistance légale qui vise à favoriser l’accès à la justice aux personnes financièrement précaires. Jeudi, le journal a appris l’enlèvement de Me Abbias Edumé, avocat au barreau de Petit-Goâve, ancien substitut commissaire du gouvernement de Petit-Goâve, de Mirebalais et de Croix-des-Bouquets. Professeur d’université, l’homme de loi, frère du juge d’instruction Ikenson Edumé, a été également kidnappé à Port-au-Prince.

Ces enlèvements suivis de séquestration dont est témoin la population révoltent le barreau de Port-au-Prince notamment. Dans une note signée de Rose-Berthe Augustin, bâtonnière a.i., l’ordre des avocats de cette juridiction souligne que c’est avec une grande émotion et un légitime sentiment de révolte que le conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince a accueilli la nouvelle de l’enlèvement de Me Nasha Saint-Fleur.

« Le Conseil s’insurge contre la hausse du phénomène d’enlèvement suivi de séquestration dont la population est régulièrement victime et qui frappe aujourd’hui un membre de la basoche », proteste le conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince. De surcroit, ledit conseil appelle les autorités policières à mener les opérations idoines en vue de libérer l’avocate de ses ravisseurs. Les avocats restent sur leurs gardes. « Tout en exprimant sa pleine et entière solidarité à Me Nasha Saint-Fleur et à sa famille, le Conseil se déclare en veille permanente », lit-on dans la note.

Pour les robes noires, « cette nouvelle atteinte à un membre du barreau de Port-au-Prince est une occasion supplémentaire pour rappeler à tous les avocats et à la société en général la nécessité de combattre l’insécurité et ses promoteurs dans la perspective d’établir un État de droit véritable en Haïti ».

[…]

https://lenouvelliste.com/article/226486/deux-avocats-enleves-en-24-heures-la-basoche-sinsurge/amp

Me Nasha Saint-Fleur kidnappée, $400 000 exigés en échange de sa libération

http://www.lenational.org/post_free.php?elif=1_CONTENUE/actualitees&rebmun=7583

Haiti/USA: Attaque contre le véhicule du juge qui enquête sur l’assassinat de Me Dorval

16/11/20

Qui ont eu intérêt à assassiner Me Monferrier Dorval ? | Haiti Liberte

Des individus ont attaqué à coups de pierres le véhicule du juge Renord Régis vendredi dans le quartier de Lalue, à Port-au-Prince. Renord Régis est le juge qui enquête sur l’assassinat du Me Monferrier Dorval. Il avait écrit en début de semaine dernière à Radio Métropole afin d’avoir une copie de l’enregistrement sonore dans lequel le président de la République avait affirmé que deux minutes après l’assassinat de l’ancien bâtonnier, sa femme, la première dame, avait en sa possession une vidéo du meurtre. Interrogé par Le Nouvelliste, le magistrat n’a pas voulu lier l’attaque contre son véhicule et la demande de l’extrait sonore…

Le juge Renord Régis a confié au journal que son véhicule a été attaqué à Lalue, non loin de l’Institution Sainte-Rose de Lima. « Il y avait un embouteillage et c’est à ce moment que j’ai vu des gens qui descendaient en notre direction. Mon chauffeur a essayé de prendre la route de Bois-Verna quand ces individus ont commencé à lancer des pierres sur mon véhicule. Ils ont d’abord visé la vitre du côté gauche où je me trouvais. Cette vitre a résisté mais une autre à l’arrière a été brisée », a expliqué au Nouvelliste le juge d’instruction.

Le magistrat Renord Régis a souligné que dans la foulée et sous les jets de pierres son chauffeur a pu rapidement prendre la route de Bois-Verna. Le juge s’est ensuite réfugié au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). « Arrivé au CSPJ, j’ai appelé un juge de paix qui est venu faire le constat des dégâts », a-t-il dit, précisant que son véhicule n’avait pas subi de tirs d’armes à feu.

[…]

https://lenouvelliste.com/article/223189/attaque-contre-le-vehicule-du-juge-qui-enquete-sur-lassassinat-de-me-dorval

https://lenouvelliste.com/article/223304/lassociation-des-barreaux-americains-demande-au-gouvernement-haitien-de-rendre-justice-au-batonnier-monferrier-dorval

https://bonnewshaiti.com/amp/lamerican-bar-association-demande-une-enquete-approfondie-sur-lassassinat-de-me-dorval-juno7/

https://lenouvelliste.com/article/223269/assassinat-de-monferrier-dorval-le-president-moise-precise-le-barreau-sinquiete-et-prend-acte

https://lenouvelliste.com/article/223268/le-barreau-appelle-a-mettre-des-moyens-a-la-disposition-du-juge-instructeur-renord-regis

http://www.ludovictrarieux.org/tributehaiti2020.htm

https://fr.wikipedia.org/wiki/Monferrier_Dorval

Haiti: Grève – Parquet de Port-au-Prince : Daméus s’en va, les avocats reprennent le travail

le 20 décembre, 2018

Les avocats du barreau de Port-au-Prince ont finalement mis un terme jeudi à leur grève, lancée il y a environ deux mois pour exiger le départ du chef du parquet Clamé-Ocnam Daméus et l’arrestation du responsable de la Police, Berson Soljour et deux autres policiers impliqués dans des actes de violence à l’encontre de plusieurs de leurs confrères.

L’assemblée générale extraordinaire suspendue le 26 Octobre dernier a été tenue jeudi matin et à l’unanimité des membres présents, il a été décidé la reprise des prestations judiciaires.

Paul Rachel Cadet, bâtonnier a.i., a estimé qu’environ deux des trois revendications des membres du Barreau ont pu trouver une réponse satisfaisante.

« Le problème est plutôt institutionnel. Ce n’est pas uniquement la démission du commissaire Daméus qui nous a porté à lever le mot d’ordre d’arrêt de travail », a expliqué Me Cadet.

https://rezonodwes.com/greve-parquet-de-port-au-prince-dameus-sen-va-les-avocats-reprennent-le-travail/

https://www.lenouvelliste.com/article/196218/un-nouveau-chef-du-parquet-les-memes-defis

http://www.loophaiti.com/content/le-barreau-de-port-au-prince-leve-provisoirement-la-greve

Haiti: Les avocats toujours en grève

le 17 décembre, 2018

La grève des avocats se poursuit au palais de Justice de Port-au-Prince en dépit de la démission du commissaire du gouvernement, Maitre Clamé Daméus, tant réclamée par les grévistes. Le bâtonnier a i, Me Paul Rachel Cadet, dit attendre l’installation du nouveau chef du parquet avant de convoquer une assemblée générale extraordinaire afin de décider de la levée ou non de la grève.

Maitre Cadet rappelle que le départ de Maitre Daméus n’était pas la seule revendication des grévistes qui exigent également l’arrestation des policiers et de l’ex-directeur départemental de l’Ouest de la PNH, Berson Soljour, accusés d’avoir brutalisé des avocats en Octobre dernier.

http://radiotelevision2000.com/home/?p=89619

http://www.loophaiti.com/content/ocnam-clame-dameus-renverse-la-tete-du-parquet-de-port-au-prince

http://www.loophaiti.com/content/ocnam-clame-dameus-renverse-la-tete-du-parquet-de-port-au-prince

http://www.loophaiti.com/content/lessentiel-de-lactualite-de-ce-lundi-17-decembre-2018

https://rtvc.radiotelevisioncaraibes.com/national/paul-eronce-villard-le-nouveau-commissaire-du-gouvernement-port-au-prince-opte-autre