Tag Archives: Democratic Republic of the Congo

DR Congo: Kinshasa : l’UDPS dénonce l’enlèvement de l’un de ses cadres de la ligue des jeunes

le 9 mai, 2018

Kinshasa : l’UDPS dénonce l’enlèvement de l’un de ses cadres de la ligue des jeunes

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dénonce l’enlèvement la nuit de mardi à mercredi 9 mai de Me Evariste Kalala Kwete, l’un de ses cadres de la Ligue des jeunes. Selon le porte-parole de ce parti de l’opposition, Augustin Kabuya, les faits se sont déroulés dans la maison familiale, dans la commune de Matete, à Kinshasa.

Le père de la victime, Pierre Kwete Minga, relate que son fils a été amené sans que les hommes armés à sa recherche ne leur donnent le motif.

« Vers minuit, cinq véhicules 4X4 se sont arrêtés et ont bouclé notre maison. Plusieurs hommes armés sont descendus et ont cassé le portail. Ils ont aussi cassé les vitres du salon pour casser le cadenas. Ils ont saccagé toute la maison », a relaté Pierre Kwete.

Dans sa relation des faits, il a indiqué que les hommes armés les ont par la suite rassemblés au salon et leur ont demandé de présenter leurs cartes d’identité.

« Ils l’ont embarqué [Me Evariste Kalala Kwete. Ils n’ont donné aucune raison. Nous sommes sans nouvelles de lui depuis lors », a raconté le père de la victime.

https://www.radiookapi.net/2018/05/09/actualite/politique/kinshasa-ludps-denonce-lenlevement-de-lun-de-ses-cadres-de-la-ligue?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+radiookapi%2Factu+%28Radiookapi.net+-+Actualit%C3%A9%29

http://www.idhae.org/OBSAV-fr-wewsrdc1805098.htm

No automatic alt text available.

Ils se sont introduit dans la maison par la force (Facebook)

Advertisements

Democratic Republic of Congo: La libération de Diomi et Muyambo annoncée pour ce mardi (Avocat)

le 19 février, 2018

Jean Claude Muyambo et Eugène Diomi Ndongala (Opposants) respectivement président de la Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement (SCODE) et président de la Démocratie Chrétienne (DC) seront libérés ce mardi 20 février 2018. C’est ce qu’a affirmé à ACTUALITE.CD ce lundi 19 février William Kalombo, avocat de Jean Claude Muyambo.

Selon l’avocat, le directeur de la prison de Makala est déjà notifié (par le ministre de la justice) pour cette fin.

« La notification de la libération des prisonniers Diomi Ndongala et Jean Claude Muyambo vient de parvenir au directeur de la prison de Makala.  Demain mardi 20 février ils seront libres”, a-t-il affirmé.

Diomi Ndongala a été condamné à 10 ans de prison pour “viol sur mineure” alors que Jean Claude Muyambo avait écopé de 26 mois pour “stellionat”.

William Kalombo dit son remerciement anticipé “aux Laïcs Catholiques, aux abbés et évêques, aux protestants,  musulmans dans le changement, aux leaders du Rassop, UNC, MLC pour leur détermination, à la population surtout à la communauté internationale”.

https://actualite.cd/2018/02/19/liberation-de-diomi-muyambo-annoncee-mardi-avocat/

http://www.dw.com/fr/lib%C3%A9rations-annonc%C3%A9es-de-jean-claude-muyambo-et-eug%C3%A8ne-diomi-ndongala-en-rdc/a-42620809

http://www.mediacongo.net/article-actualite-35568.html

https://afrique.lalibre.be/15489/rdc-vite-une-decrispation-avant-la-marche-du-25-fevrier/

https://www.cotedivoire.news/actualite/23969-rdc-leglise-obtient-liberation-de-muyambo-de-ndongala.html

http://www.mediacongo.net/article-actualite-35596.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Claude_Muyambo_Kyassa

Democratic Republic Congo: John Luhiriri arrested, whereabouts remain unknown

December 6, 2017

On 28 November 2017, human rights defender John Luhiriri was stopped and held by members of the national police and four other plainclothes agents, recognised by witnesses as members of the national intelligence service, in Tshikapa, the capital of Kasai province. His current whereabouts are yet to be established.

About John Luhiriri

john_luhiriri.jpeg John Luhiriri is a human rights lawyer who served as the protection officer for Synergie d’aide prioritaire – Aide d’urgence – (SAP – AU) (Synergy of Priority Aid – Emergency Aid), a Congolese human rights organisation working on issues related to international humanitarian law, and gender-based violence in particular.

 

On 28 November 2017, John Luhiriri was in Tshikapa on a field mission, during which he was expected to meet local human rights defenders to discuss gender-based violence in the region. At approximately 2:00 pm, he was intercepted by agents of the national police who were accompanied by four plainclothes agents of the ANR – Agence Nationale de Renseignement (The National Intelligence Agency). The officers confiscated his work documents and identity card and then took him to an undisclosed location. Colleagues of the human rights defender have approached local and national police, as well as the local office of the ANR, but have not been able to trace his whereabouts.

Human rights defenders in the Democratic Republic of Congo have been subjected to arbitrary detention and violent attacks, including killings. In 2017, Front Line Defenders has reported on the killings of human rights defenders Tsongo Sikuliwako Alex, Alphonse Luanda Kalyamba, Marcel Tengeneza, the attempted killing of Butoto Kiza and death threats against Philippe Busimba.

https://www.frontlinedefenders.org/en/case/john-luhiriri-arrested-whereabouts-remain-unknown

https://www.frontlinedefenders.org/fr/case/john-luhiriri-arrested-whereabouts-remain-unknown (FRANCAIS)

DR Congo: RDC : Me Jacques Kapanga détenu au motif qu’il aurait déclaré que le mandat du Président Kabila est échu depuis 2016

le 9 septembre, 2017

Sauti Ya Congo

L’IRDH est vivement préoccupé par l’arrestation et la détention, depuis mercredi 06 septembre 2017, de maître KAPANGA NYEMBWE Jacques, défenseur judiciaire près le Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi, au motif qu’il aurait déclaré publiquement que le mandat du chef de l’Etat, Joseph KABILA KABANGE, serait déjà terminé depuis décembre 2016.

En effet, après vérification des faits, Maître KAPANGA est détenu au cachot des services spéciaux de la Police Nationale  Congolaise (PNC), sis avenue Mobutu, en face de la station MULYKAP. L’inculpé serait appréhendé par un capitaine de la Garde Républicaine (GR) qui l’aurait entendu parler du mandat présidentiel dans un cyber café de l’avenue Mama Yemo, où ce militaire aurait amené deux femmes du Groupe de Soutien au Président Kabila, photocopier des messages de « soutien au Rais Kabila ».

IRDH est vivement préoccupé par le fait qu’un militaire soit versé dans des activités politiques et use de son statut, pour d’influencer la répression policière des personnes exprimant des opinions contraires au parti au pouvoir. Et pourtant, la liberté d’opinion politique dissidente est garantie par la Constitution et les instruments internationaux des droits de l’Homme ratifiés par la RDC.

Afin de remettre maître Jacques KAPANGA dans ses droits, IRDH en appelle au Procureur Général près la Cour d’Appel de Lubumbashi de demander le dossier et le prévenu dont la détention a dépassé les 48 heures légales, dans le but de le libérer à défaut de le déferrer devant la juridiction compétente.

http://www.sautiyacongo.org/rdc-me-jacques-kapanga-detenu-au-motif-quil-aurait-declare-que-le-mandat-du-president-kabila-est-echu-depuis-2016/

DR Congo: The Law Society of Upper Canada expresses grave concern about the arrest and detention of lawyer Sylva Mbikayi in the Democratic Republic of Congo

August 29, 2017

The Law Society of Upper Canadaexpresses grave concern about the arrest and detention of lawyer Sylva Mbikayi in the Democratic Republic of Congo.

The Law Society received reports that on July 13, 2017, Sylva Mbikayi, a lawyer in the Democratic Republic of Congo, was arrested in the capital city of Kinshasa and detained at the Military Intelligence Headquarters (DEMIAP) in Bumba.

Sylva Mbikayi was arrested without a warrant and without being informed of the reasons for his arrest when he went to DEMIAP to consult his client and friend, activist and lawyer-in-training Jean-Marie Kalonji, who was being detained there.

Jean-Marie Kalonji was arrested a few hours earlier at an exit check-point of a military camp. He had his bag searched by soldiers after he explained “he could not show his passport because it was with an embassy where he had applied for a visa.”1 The soldiers who stopped him questioned his nationality and found in his bag “flyers for a Lumumba scholarship programme set up by the youth movement Quatrième Voie/ il est temps (the fourth way/ it is time).”2Jean-Marie Kalonji was then arrested.

Sylva Mbikayi was immediately notified of Jean-Marie Kalonji’s arrest, and when he went to visit Jean-Marie Kalonji at DEMIAP, Sylva Mbikayi was arrested as well.

Both men have been detained at DEMIAP since their arrest, without being allowed contact with their family members or access to lawyer.

http://markets.businessinsider.com/news/stocks/The-Law-Society-of-Upper-Canada-expresses-grave-concern-about-the-arrest-and-detention-of-lawyer-Sylva-Mbikayi-in-the-Democratic-Republic-of-Congo-456437

http://www.lsuc.on.ca/newsarchives.aspx?id=2147485737&cid=2147504070

http://www.lsuc.on.ca/newsarchives.aspx?id=2147485737&cid=2147504070&langtype=1036 (FRANCAIS)

http://www.newswire.ca/fr/news-releases/le-barreau-du-haut-canada-preoccupe-par-larrestation-et-la-detention-de-lavocat-sylva-mbikayi-en-republique-democratique-du-congo-642132063.html (FRANCAIS)

DR Congo: «Les accusations de Muyambo contre Kamerhe sont infondées» – Mayo (UNC)

le 3 août, 2017

Le président inter-fédéral de l’UNC ville de Kinshasa Jean-Baudouin Mayo Mambeke rejette les accusations de Jean-Claude Muyambo pointant du doigt Vital Kamerhe comme responsable de son incarcération. Mayo Mambeke juge ces accusations infondées. D’après lui, il s’agit des allégations  légères  « de la part de quelqu’un qui se considère comme leader».

«Je suis au courant des accusations infondées de Muyambo, avocat et ancien bâtonnier. C’est étonnant, lui qui nous dit être victime d’une fausse accusation. Mais le voilà porter des fausses accusations sur Vital Kamerhe. Apparemment, il n’a pas de leçons. Sinon il n’accuserait pas les autres aussi légèrement et par simple peur » a dit le député national Mayo Mambeke.

Au sujet de la menace de Muyambo de quitter le Rassemblement au cas où ceci accepte de rallier l’UNC de Vital Kamerhe, Mayo Mambeke se pose la question sur la capacité de mobilisation de Muyambo et de son parti la SCODE. L’inter-fédéral de l’UNC ville de Kinshasa estime que seuls, l’UDPS, le MLC, l’UNC, et le G7 peuvent faire échec à la Majorité présidentielle.

Sur ACTUALITE.CD le mercredi 2 août dernier, Jean Claude Muyambo a accusé Vital Kamerhe de l’avoir trahi. «Kamerhe est responsable de mon emprisonnement» avait déclaré Jean-Claude Muyambo.

https://actualite.cd/2017/08/03/accusations-de-muyambo-contre-kamerhe-infondees-mayo-unc/

DR Congo: L’opposition en RDC annonce des journées ville-morte les 8 et 9 août

le 23 juillet, 2017

L’opposition congolaise réunie autour de l’aile du « Rassemblement » dirigée par Félix Tshisekedi a annoncé, au terme de deux journées de conclave à Kinshasa, une série des mesures dont l’organisation des journées ville-morte les 8 et 9 août prochains.

Pour l’opposition, ces journées seront organisées en guise « d’avertissement » avant qu’elle n’appelle, si ses revendications ne sont pas prises en compte, à l’application de l’article 64 de la constitution.

Celui-ci stipule, dans son alinéa 1er que « tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution ».

En conséquence, l’opposition menace d’appeler la population à la désobéissance civile notamment à ne plus « s’acquitter des impôts, taxes, redevances, factures de l’eau et de l’électricité », souligne le communiqué publié à l’issue de ce conclave.

Par ailleurs, l’opposition a exigé de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) la convocation des électeurs au plus tard le 30 septembre 2017. Faute de quoi, les partis membres du « Rassemblement » vont organiser à partir du 1er octobre un sit in devant les bureaux de la CENI pour « exiger la démission de Corneille Nanga », président de cette structure d’appui à la démocratie.

Le Rassemblement exige en outre la publication des résultats des opérations d’enrôlement des électeurs au plus tard le 31 juillet 2017 avant également de plaider pour l’organisation des élections avant la fin de cette année.

Par ailleurs, le « Rassemblement » a demandé l’arrêt des poursuites judiciaires dont est l’objet Moïse Katumbi et la libération de son avocat, Jean-Claude Muyambo.

http://apanews.net/index.php/fr/news/lopposition-en-rdc-annonce-des-journees-ville-morte-les-8-et-9-aout