Daily Archives: 08/07/2021

Nigeria: UNILORIN student’s murder: Judge orders lawyer’s arrest for attacking court

08/07/21

Justice Ibrahim Yusuf of the Kwara State High Court on Wednesday issued a bench warrant on Mr Sikiru Solagberu, the counsel for one of the eight accused persons facing trial in the murder of Blessing Olajide, a student of the University of Ilorin.

Olajide was raped and murdered in the Tanke area of Ilorin on June 2, 2021.

The eight accused persons being prosecuted on 11 counts are Abdulazeez Ismail, Ajala Oluwatimileyin (aka Jacklord), Oyeyemi Omogbolahan, Abdulkarim Shuaib (aka Easy), Kareem Rasheed (Rashworld), Abdullateef Abdulrahman, Daud Adebayo (aka Bashman), and Akande Taiye Oladoja.

The case, however, took a dramatic turn when the presiding judge ordered the police to arrest Adebayo’s lawyer, Solagberu, for making uncomplimentary remarks about the Tuesday proceedings on television and social media.

The counsel also allegedly withdrew his services from the case without informing his client.

Solagberu, who filed a motion for the bail of his client on Tuesday, which was dismissed by the court, was alleged to have criticised the decision of the court.

[…]

https://punchng.com/unilorin-students-murder-judge-orders-lawyers-arrest-for-attacking-court/

https://www.thisdaylive.com/index.php/2021/07/08/court-orders-arrest-of-defence-counsel-in-unilorin-student-rape-case/

https://dailypost.ng/2021/07/07/judge-orders-arrest-detention-of-defence-counsel-in-rape-case/

France: Deux avocates agressées et frappées dans leur cabinet en plein Paris

07/07/21

«Au secours, aidez-nous ! Aidez-nous !». Il est environ 16h30, lundi 5 juillet, quand un policier hors service entend des appels à l’aide dans son dos. Le fonctionnaire, qui prenait un verre en terrasse avec une amie boulevard de Sébastopol (Paris 4e), se retourne et quitte précipitamment la table. Il aperçoit une jeune femme brune au deuxième étage d’un immeuble : les hurlements proviennent d’un cabinet d’avocats.

Le policier se rapproche du bâtiment et se dirige vers la porte d’entrée. C’est alors que deux individus en sortent et prennent la fuite : l’un est de «type européen», l’autre de «type nord-africain». Le policier parvient à rattraper le premier individu. Alertés par les cris, une trentaine de passants – qui avaient accouru des terrasses environnantes -, l’immobilisent. Le policier, affecté à la brigade des réseaux franciliens, se lance alors aux trousses du second. Il réussit à le saisir et à le maîtriser au sol. Une gazeuse et un cache-cou noir sont retrouvés sur le fuyard.

Une avalanche de coups

Que s’est-il passé auparavant ? Tout commence vers 15h quand deux individus sonnent à la porte du cabinet d’avocats. Ils déclarent qu’ils viennent livrer un colis. Problème : ils n’ont pas de colis et fournissent un nom «imaginaire». Alors seule dans le cabinet, une avocate referme la porte, trouvant leur comportement pour le moins suspect. Mais les deux individus persistent et sonnent de nouveau quelques instants plus tard. Effrayée, l’avocate prend peur et appelle la police. Sur place, la brigade anti-criminalité (BAC) ne trouve personne mais remarque une goupille de bombe lacrymogène sur le sol dans l’escalier. «Faites attention», indiquent les agents à l’avocate en repartant.

Quelques minutes plus tard, une seconde avocate rentre au cabinet. Elle revient d’audience et commande un repas en livraison. Peu après la livraison de son repas, quelqu’un sonne. Elle se rend à la porte mais ne voit rien dans l’œilleton. Informée par sa collègue de la présence suspecte de deux individus avant son arrivée, l’avocate entrouvre la porte, aux aguets. Elle souhaite s’assurer qu’ils n’importunent pas d’autres personnes dans l’immeuble. Mais alors qu’elle s’apprête à renfermer la porte, un individu – caché sur le palier -, se rue sur elle. Bientôt suivi d’un second.

Tout va alors très vite. Le premier individu lui fait un chassé : elle se retrouve au sol et prend une avalanche de coups. Le deuxième individu pulvérise de son côté du gaz lacrymogène. Ils lui lancent au visage des fauteuils, des chaises et même une table basse du cabinet. L’avocate hurle tandis que du gaz lacrymogène lui rentre dans la gorge. Pendant qu’elle tente de se défendre comme elle peut, sa collègue voit toute la scène depuis le bout du couloir. Malgré ses béquilles, elle se précipite alors sur le balcon et hurle à l’aide. C’est à ce moment-là que le policier hors service et des passants, regroupés en bas de l’immeuble, interviennent et stoppent la fuite des agresseurs.

L’intérieur du cabinet a été saccagé par les deux individus, qui ont renversé du matériel. Les deux avocates n’ont pas compris pourquoi ils étaient là ni ce qu’ils voulaient. Encore sous le choc, les deux femmes – âgées d’une trentaine d’années -, ont pensé pendant l’agression que les deux individus voulaient les séquestrer. Elles ont porté plainte juste après les faits. Les deux interpellés, un majeur et un mineur, ont été placés en garde à vue. Le majeur sera jugé en comparution immédiate jeudi 8 juillet par le tribunal correctionnel de Paris.

https://www.lefigaro.fr/faits-divers/je-me-suis-retrouvee-au-sol-et-j-ai-pris-une-avalanche-de-coups-deux-avocates-agressees-dans-leur-cabinet-en-plein-paris-20210707