Cameroon: « L’Etat camerounais est le seul fossoyeur de notre Constitution »

le 24 janvier, 2017

Paul Biya, président du Cameroun, au siège des Nations unies, à New York, le 22 septembre 2016.

Ils s’appellent Nkongho Felix Agbor Balla et Fontem Neba. Ils sont respectivement président et secrétaire général du Cameroon Anglophone Civil Society Consortium (CACSC), une organisation constituée d’avocats, d’enseignants et de membres de la société civile anglophone qui lutte depuis fin novembre 2016 contre le projet d’anéantissement culturel porté par les régimes des présidents Ahmadou Ahidjo – premier président camerounais – puis de Paul Biya – au pouvoir depuis plus de quarante-quatre ans.

Le 17 janvier, le CACSC a été officiellement interdit et ses deux leaders arrêtés et transférés dans une prison de Yaoundé. En vertu du principe de non-rétroactivité d’une disposition législative, leur arrestation est donc illégale. Toutes proportions gardées, cet épisode rappelle étrangement l’arrestation, en août 1970, d’Ernest Ouandié – véritable héros national – et de Mgr Albert Ndongmo, deux grandes figures camerounaises de l’opposition au régime tyrannique du dictateur Ahidjo, et met en lumière le continuum entre ce régime et celui de Paul Biya.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/01/24/l-etat-camerounais-est-le-seul-fossoyeur-de-notre-constitution_5068409_3212.html

http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=27345

http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=27384

(Ce qui lui est reproché COMPLICE DE : 1. Loi No. 2016-7 du 12/07/2016 portant Code Pénal. Hostilité contre la patrie (102), Secession (111), Guerre Civile (112), Propagation des fausses nouvelles (113), Révolution (114), Bande armée (115), Outrage aux corps constitués et aux fonctionnaires (154), Rébellion en groupe (158). Et puis les traditionnels Articles 74 et 97 AUTEUR DE : 2. Excitation à la guerre civile en poussant les citoyens de s’attaquer aux autres citoyens 3. Utilisation de la force pour inciter les citoyens à modifier la forme de l’état par le fédéralisme 4. Propagation de fausses nouvelles 5. Article 2 de la Loi No. 2014-028 du 23/12/2014 portant répression des actes de terrorisme 6. Article 78 de la Loi No. 2010-012 du 21/12/2010 relative à la cybersécurité et la cybercriminalité au Cameroun.)

Advertisements

Tagged:

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: