Daily Archives: 24/08/2016

Vietnam: Pre-trial incommunicado detention of prominent Vietnamese human rights lawyer Nguyen Van Dai

August 24, 2016

We are concerned by reports that the pre-trial incommunicado detention of prominent Vietnamese human rights lawyer Mr. Nguyen Van Dai has been extended by four months until December 2016. Our Office calls on authorities to immediately release Mr. Van Dai and his assistant Ms. Le Thu Ha who were arrested on 16 December 2015 and charged with conducting “anti-state propaganda” activities under Article 88 of the Penal Code.

Legal representatives and family members have been denied contact with Mr. Van Dai and Ms. Le Thu Ha. Authorities have refused to provide information about their whereabouts and health conditions.

The Human Rights Council, the Committee against Torture and the Special Rapporteur on Torture state that prolonged incommunicado detention may facilitate the perpetration of torture and can in itself constitute a form of cruel, inhuman or degrading treatment or even torture.

We urge the Vietnamese Government to abide by its legal obligation to take all necessary means to prevent torture and ill-treatment of persons held in custody in line with the Convention against Torture and the International Covenant on Political and Civil Rights (ICCPR) – both of which Viet Nam is party to.

Our Office reiterates our calls on the Vietnamese Government to stop using vague and broad provisions related to “national security” to silence human rights defenders, activists and bloggers. The detention and conviction of activists for the peaceful exercise of their fundamental rights, including through the use of Article 88 on “conducting propaganda against the Socialist Republic of Viet Nam”, are not in line with international standards. Viet Nam is a party to the ICCPR which guarantees the right to freedom of expression and liberty.

We are also concerned by news that Mr. Nguyen Huu Quoc Duy and Nguyen Huu Thien An, two cousins, were sentenced on 23 August to 3 years and 2 years in prison respectively, for posting articles on Facebook criticizing policies of the Vietnamese government and insulting the Communist Party. They were also charged under Article 88 of the Penal Code, which carries a jail of up to 20 years.

File photo: Vietnamese dissident lawyer Nguyen Van Dai is seen standing trial on closed circuit television at Hanoi’s People’s Court, 11 May 2007. EPA/JULIAN ABRAM WAINWRIGHT

 source UN Human Rights – Asia Facebook

CPI: Avocate d’une ONG palestinienne à la CPI, elle est menacée de mort

24 août, 2016

Nada_Kiswanson

Jamais il n’a été aussi difficile, où que l’on soit dans le monde, de défendre les Droits de l’Homme. Du moins sans paraître aussitôt quelqu’un qui est «pour» ou «contre», qu’il s’agisse du gouvernement du pays où l’on vit, de la religion majoritaire ou d’une autre minoritaire, d’un groupe ethnique ou culturel donné – bref, défendre les droits pour défendre les droits, la politique mondiale d’aujourd’hui ne l’admet pas. En Palestine, où se poursuit voire s’étend l’occupation par Israël de territoires qui ne lui sont pas internationalement reconnus, le Gouvernement de Benyamin Netanyahu est allé encore plus loin : quiconque critique tant soit peu la politique gouvernementale israélienne estantisémite, haineux des Juifs parce qu’ils sont des Juifs, écrasant ainsi l’idée même de droits pour le peuple palestinien et attribuant à Israël la représentation de l’ensemble des Juifs dans le monde alors que les Israéliens eux-mêmes sont loin d’unanimement approuver son action. En plus de quoi le Premier Ministre, sans s’en soucier plus que cela, raye de la carte ses propres compatriotes non-Juifs.

Tout climat délétère bâti sur des accusations fallacieuses de racisme déborde inéluctablement ceux qui en sont à l’origine, et toujours, à un titre ou à un autre, les conséquences en sont tragiques. C’est ce qu’affronte actuellement Nada Kiswanson, avocate aux Pays-Bas, qui représente en Europe et auprès de la Cour pénale internationale (CPI) l’organisation israélienne Al-Haq (en arabe, «le droit»), créée en 1979 et qui se consacre exclusivement à la défense des Droits de l’Homme dans les Territoires palestiniens. Elle compte parmi ses anciens cadres l’avocate jordano-palestinienne Mona Rishmawi, aujourd’hui Cheffe du Département État de droit, Égalité et Non-Discrimination au Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

C’est à l’initiative d’Al-Haq que l’Autorité palestinienne s’est jointe au Statut de Rome de la CPI après la campagne militaire dévastatrice menée par Israël à l’été 2014 à Gaza, de même que l’organisation, associée pour l’occasion au Centre al-Mezan pour les Droits de l’Homme, à Addameer et au Centre palestinien pour les Droits de l’Homme, a soumis à la Procureure, Fatou Bensouda, plusieurs communications demandant que la CPI enquête sur la question.

Avocate d’une ONG palestinienne à la CPI, elle est menacée de mort

China: Lawyer Gao Chengcai unable to meet client Lawyer Li Chunfu

 

August 24, 2016

【高承才律師嘗試會見李春富律師再度被拒】
8月23日下午1時30分,高承才律師到天津第二看守所通過多重驗證後準備會見當事李春富律師。然而,當局的公安卻以該案尚在偵查階段為由拒絕高律師的會面申請。高律師質問為何天津的官派律師可以會見李律師,該公安僅表示“領導不讓會見”。

Lawyer Gao Chengcai tried to meet Lawyer Li Chunfu in Tianjin No.2 Detention Centre after multiple identity verification; however, the police in the detention centre rejected Lawyer Gao’s application because the case is still under investigation. Gao questioned that why can the government-appointed lawyers from Tianjin can do the same but he cannot to meet him, the police simply replied that “leaders do not allow to do so”.

Kenya: Afrique : Amnesty International dénonce la disparition d’opposants politiques

le 24 août, 2016

Amnesty International est agrippée en ce moment à un nouveau cheval de bataille: la dénonciation de la disparition forcée d’opposants politiques. Après enquête, il ressort que leKenya, le Cameroun, l’Egypte et le Zimbabwe, sont les pays où ce phénomène est récurrent.

Amnesty International contre la disparition des opposants politiques

Amnesty International, dans un communiqué délivré publiquement à l’ensemble de la presse ce mardi 23 Août 2016, à Nairobi, au Kenya, a pointé du doigt les pays susmentionnés comme étant coupables de grandes dérives dont des enlèvements par la force, d’opposants politiques craints dans ces pays africains là: “Amnesty International a appelé à la mise sur pied d’une commission d’enquête judiciaire pour enquêter sur les cas de disparition forcée et de la création d’un cadre complet de responsabilisation compatible avec les normes internationales des droits de l’homme”, indique le communiqué qui précise que “Dans l’extrême Nord du pays, on est toujours sans nouvelles d’au moins 130 personnes depuis leur arrestation le 27 décembre 2014. Elles faisaient partie d’un groupe de plus de 200 garçons et hommes arrêtés ce jour-là par les forces de sécurité lors d’un raid contre de présumés combattants de Boko Haram”.
Le pire est que ces pays indexés nient en bloc les faits. Même les assassinats par la police kenyane de l’avocat des droits humains, Willie Kimani, de son client Josphat Mwendwa et de leur chauffeur de taxi, Joseph Muiruri, n’ont pas été reconnus. Même son de cloche au Cameroun, en Egypte et au Zimbabwe où l’activiste opposant de Robert Mugabe, Itai Dzamara, reste introuvable.

De quoi à s’inquiéter aussi en Côte d’Ivoire où depuis une semaine, des corps emmaillotés dans des sachets noirs sont soit, repêchés dans la lagune ou dans les grandes décharges. A Abobo et au Plateau, ces corps ont été découverts dans l’attente de les identifier. Amnesty International gagnerait à y jeter un regard aussi, surtout à l’approche du Référendum au sujet de la Nouvelle Constitution qui suscite en ce moment trop de passion.

 

http://www.afrique-sur7.fr/28723/afrique-amnesty-international-denonce-disparition-dopposants-politiques/

The Philippines: Kerwin’s lawyer, student shot dead

August 24, 2016

A lawyer of suspected drug lord Rolando “Kerwin” Espinosa Jr. and his 15-year-old companion were killed on Tuesday afternoon by unidentified men who fired at their pickup truck in Barangay Lumbang II this city.

Rogelio Bato Jr., 48, of V & G Subdivision here, and Angelika Bonita, of Barangay 75, were headed to Robinsons Mall about 2:20 p.m. when they were attacked by gunmen on board a white pickup truck and a motorcycle.

Police have yet to determine if the ambush was related to the drug cases being handled by Bato, including those involving Espinosa and other suspected drug pushers, like Ricardo Rondina and his cousin, Ferdinand Rondina.

“We cannot establish the motive and the suspects but we will do everything we can to establish the motive and who are the suspects,” said Senior Supt. Rolando Bade, Tacloban police director.

The gunmen fired M-16 rifles and .45-cal. pistols at Bato while he was driving a maroon Toyota pickup truck. The girl, a senior student of Sagkahan National High School, sat beside him.

http://newsinfo.inquirer.net/809127/kerwins-lawyer-student-shot-dead

http://cnnphilippines.com/regional/2016/08/23/Lawyer-Albuera-town-mayor-killed-ambush.html

http://www.philstar.com/headlines/2016/08/24/1616726/espinosa-lawyer-girl-killed-leyte-ambush

http://www.idhae.org/observatoire-fr-page4.1.asia.phil162308.htm (FRANCAIS)